Cultures et écritures mineures

Cher-e-s collègues,

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communications (versions
française et anglaise) pour l’atelier « Culture(s) et écriture(s)
mineures » / « Minor Culture(s) and Writing(s) », que nous
organiserons dans le cadre du prochain congrès de la SAES (7-9 juin
2018).

Merci de faire parvenir vos propositions avant le 10 janvier 2018 à:

Christine Dualé et Anne Garrait-Bourrier

Cordialement,

Christine Dualé (Université Toulouse Capitole) et
Anne Garrait-Bourrier (Université Clermont Auvergne)

————

 Culture(s) et écriture(s) mineures

En s’affranchissant de la norme et en s’appropriant les modes
d’expression dominants, de nombreux auteurs et auteures américains ont
bousculé l’ordre établi. En instituant le désordre et la révolution
ils sont les porte-paroles d’une forme de « représentation
révolutionnaire » du mineur et de la marge au sens deleuzien.
L’approche « minoritaire » permet à des auteurs noirs américains comme
Langston Hughes, par exemple, d’explorer une nouvelle forme d’écriture
sur fond de provocation et de révolution stylistique pour mieux
subvertir les stéréotypes. L’écriture de Richard Brautigan, écrivain
de la Beat Generation, passe par le démontage, le décodage textuel et
culturel au point de proposer une déconstruction révolutionnaire.
Scott Momaday qui se pense indien, s’exprime dans une langue libre et
sans contrainte. A travers les personnages de Crossing the River,
Caryl Phillips réécrit l’histoire depuis la marge ce qui lui permet
d’articuler un contre-discours, de remettre en cause les normes
établies, d’articuler la résistance noire au système hégémonique et de
subvertir la norme établie, caractéristiques de la littérature mineure
et de la « minoration ».

Le caractère hybride de l’écriture minoritaire pose les notions
d’appropriation et de récupération, une « fertilisation croisée » en
quelque sorte, et fait ressortir de multiples échos interculturels
et intertextuels pour (ré)investir la culture américaine. Certains
historiens ont démontré qu’au cours du vingtième siècle, le patrimoine
folklorique américain a emprunté à la fois à la culture des immigrants
et aux valeurs traditionnelles de chaque groupe. Glissant nomme cela
l’« opposition bénéfique » entre « êtres différents mais pas
indifférents » (Glissant, 1996, 97). Dans les années 1960, le facteur
ethnique et le concept « minorité » entrent de plain-pied dans la
culture américaine et deviennent des instruments politiques et sociaux
majeurs pendant que chacun des membres d’un groupe revendique de plus
en plus son appartenance à une identité et se reconnaît au travers
d’expériences et d’attitudes spécifiques.

Deleuze n’a pas défini le mineur comme la production d’une minorité,
c’est-à-dire l’écriture d’auteurs issus de groupes minoritaires, mais
bien comme des processus spécifiques à certains types
d’auteurs dont la création se situe au niveau d’un hypotexte qui dit
par encodage ce que la langue hégémonique ne peut exprimer et tout en
révolutionnant l’ordre établi. L’écriture peut donc être considérée
comme acte révolutionnaire et politique qui participe de l’élaboration
et de la transformation de la culture dominante. Dans Critique et
Clinique (1993), Gilles Deleuze affirme : « la littérature est
agencement collectif d’énonciation. La littérature est délire […].
Tout délire est historico-mondial, « déplacement de races et de
continents ». […] But ultime de la littérature, dégager dans le délire
cette création d’une santé, ou cette invention d’un peuple,
c’est-à-dire une possibilité de vie. Écrire pour ce peuple qui manque…
(« Pour » signifie moins « à la place de » que « à l’intention de ») »
(Deleuze, 1993, 15).

Cet atelier propose par conséquent de s’inscrire dans une perspective
culturelle et littéraire américaine afin de réfléchir aux pratiques
culturelles d’acteurs et d’actrices de la marge et de montrer leur
cheminement vers une révolution stylistique, culturelle ou encore
identitaire. L’objectif de cet atelier sera de voir en quoi la
culture et la littérature américaines mettent en jeu d’autres
perceptions, celles de la marge, caractéristique de la littérature
mineure et de la « minoration ». Comment les concepts polysémiques de
« culture » et d’« identité » se construisent-ils ? L’un par rapport à
l’autre ? L’un en opposition à l’autre ? Dans cette analyse, les
notions connexes de « déplacement », de « diaspora », d’« hybridité »
ou encore de «créolisation » pourront aussi être envisagées. Dans leur
approche, Homi Bhabha et Paul Gilroy reconnaissent l’ « hybridité »,
pour le premier, et le « syncrétisme », pour le second, comme des
notions essentielles. Parmi les possibilités identitaires, Glissant
fait remarquer des oppositions reposant sur les concepts de « créolisation »
et de « métissage ». Selon lui, le concept de « créolisation »
qui implique « l’identité relation » est « une
ouverture à l’autre, sans danger de dilution ». Senghor évoque la
« greffe » et les « floraisons humaines » (Senghor 22-23). Chamoiseau
encore parle d’« une culture du choc, de la rencontre, et de toutes
les modalités morales, immorales ou amorales d’une mise en relation »
(Chamoiseau 151). Aussi, en mêlant différentes approches, mais sans
nécessairement placer cet atelier exclusivement d’un côté ou d’un
autre, l’objectif sera de démontrer à travers l’écriture, les
pratiques culturelles et toutes les formes de manifestations
culturelles telles la musique ou la danse, comment ces outils sont
devenues outils de liberté, d’émancipation ou encore d’autonomie
sociale et politique. L’écriture minoritaire américaine porte-t-elle
en elle des modes révolutionnaires et/ou contre-révolutionnaires ?
Jouent-ils et ont-ils joué ce rôle-là ?

Les propositions en français ou en anglais (format .doc), comprenant
un titre, un résumé n’excédant pas 200 mots, une courte biographie
(150 mots) et 5 mots-clés, sont à envoyer conjointement et avant le 10
janvier 2018 à :

Anne Garrait-Bourrier: anne.garrait@wanadoo.fr
Christine Dualé : christine.duale@ut-capitole.fr

Les actes de l’atelier seront proposés pour publication.

Bibliographie non exhaustive

Bhabha, Homi. The Location of Culture. London and New York, Routledge, 1994.
__, Nation and Narration. New York, Routledge, 1990.
Chamoiseau, Patrick, La matière de l’absence. Paris, Editions du Seuil, 2016.
Deleuze, Gilles, Critique et clinique. Paris, Les Éditions de Minuit, 1993.
—, Mille Plateaux. Paris, les Éditions de Minuit, 1980.
—, Kafka, pour une littérature mineure. Paris, Les Éditions de Minuit
(collection « Critique »), 1975.
Dualé, Christine, Caryl Phillips, « Crossing the River » de Françoise
Clary Collection (recension), Miranda [En ligne], forthcoming.
Garrait-Bourrier, Anne, N. Scott Momaday, l’homme-ours. Voix et
regard. Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005.
Gilroy, Paul, The Black Atlantic. Modernity and Double Consciousness.
Cambridge, Harvard University Press, 1993.
__, “Diaspora and the detours of identity”, in Kathryn Woodward (ed.)
Identity and Difference. London, Sage Publications, 1997, 229-343.
__, “Living Memory: An Interview with Toni Morrison”, in Paul Gilroy,
Small Acts. London, Serpent’s Tail, 1993, 175-182.
Glissant, Edouard, Traité du Tout-Monde. Paris, NRF, Gallimard, 1997.
—, Introduction à une poétique du divers. Paris, Gallimard, 1996.
Said, Edward W., Culture and Imperialism. London, Vintage Books, 1994.
Sédar Senghor, Léopold, Liberté, tome 1. Négritude et humanisme.
Paris, Seuil, 1964.
Minor Culture(s) and Writing(s)

 

By taking their distance from the literary canon and by appropriating
dominant modes of expression, numerous American authors, male and
female alike, subverted the established order. They not only
challenged the canon they also revolutionized it and became the
spokespersons of a “revolutionary representational form” of the margin
and of minority as conceptualized by philosopher Gilles Deleuze.

Such an approach allowed African American writers like Langston Hughes,
for instance, to explore a new form of writing against the backdrop of
provocation in order to subvert stereotypes. The Beat Generation
writer Richard Brautigan dismantled and decoded his writing to propose
a textual and cultural revolutionary de-construction. Scott Momaday,
who considers himself a Native American, uses a free language. In
Crossing the River Caryl Phillips rewrites history from the margin,
which allows for the articulation of a counter-discourse and the
resistance to the expression(s) of hegemonic powers. These forms of
challenges are the basis of minor literature.

The hybridity at stake leads to the questions of appropriation, of
“cross-fertilization”, and brings out multiple intercultural and
intertextual aspects that help (re)invest American culture.
Along the twentieth century, historians showed how American folklore
and tradition borrowed from the culture of migrations and from each
group’s traditional values. Edouard Glissant named it “beneficial
opposition” (opposition bénéfique) between “different, but not
indifferent, beings” (Glissant, 1996, 97). In the 1960s, ethnicity and
the concept “minority” became part of American culture and major
political and social instruments.

Deleuze did not define the minor concept as the production of a given
minority or the writings of authors belonging to minorities. Instead,
he stated such concept implies specific writing processes typical of
writers from minority groups whose hypotext decodes and challenges at
the same time what mainstream writing and/or language cannot
translate. The act of writing is thus considered a revolutionary and
political act participating in the elaboration and transformation of
mainstream culture. In « Critique et Clinique » (1993), Gilles Deleuze
states “literature is the invention of a people” (15).

This workshop proposes to analyze and discuss the cultural practices
from the margin and through an American perspective. Discussions will
enable to assess the progress towards a stylistic, poetic, cultural
and identity revolution. The aim of this workshop will be to show how
American culture and literature challenge other and new perceptions
from the margin which is characteristic of minor literature. How were
the polysemous concepts of “culture” and “identity” built? One with
regard to the other? One in opposition to the other? The related
notions of “displacement”, “diaspora”, “hybridity”, and “creolisation”
can also be taken into account. Homi Bhabha and Paul Gilroy
acknowledge “hybridity” and “syncretism” as essential notions.
Glissant highlighted different oppositions lying on the concepts of
creolisation and mixity. According to him, creolisation implies
“relation” and “the openness to others without fear of dilution”.
Senghor talked of “graft” and “human flourishing” (Senghor 22-23). In
La matière de l’absence Chamoiseau mentions “a clash culture” (151).

By mixing different approaches, the objective is to demonstrate
through writing and cultural practices and all its forms (such as
music or dancing) how these tools became tools of freedom, of
emancipation, of social and political autonomy. Are revolutionary
and/or counter-revolutionary modes of expression inscribed in American
minor literature? Do they and did they play such a role?

Proposals (format .doc), with a title, an abstract (less than 200
words), a short biography (150 words) and 5 key-words must be sent
before January 10, 2018 to:

Anne Garrait-Bourrier: anne.garrait@wanadoo.fr and

Christine Dualé : christine.duale@ut-capitole.fr

A selection of papers will be considered for publication.

Selected bibliography
Bhabha, Homi. The Location of Culture. London and New York, Routledge, 1994.
__, Nation and Narration. New York, Routledge, 1990.
Chamoiseau, Patrick, La matière de l’absence. Paris, Editions du Seuil, 2016.
Deleuze, Gilles, Critique et clinique. Paris, Les Éditions de Minuit, 1993.
—, Mille Plateaux. Paris, les Éditions de Minuit, 1980.
—, Kafka, pour une littérature mineure. Paris, Les Éditions de Minuit
(collection « Critique »), 1975.
Dualé, Christine, Caryl Phillips, « Crossing the River » de Françoise
Clary Collection (recension), Miranda [En ligne], forthcoming.
Garrait-Bourrier, Anne, N. Scott Momaday, l’homme-ours. Voix et
regard. Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005.
Gilroy, Paul, The Black Atlantic. Modernity and Double Consciousness.
Cambridge, Harvard University Press, 1993.

__, “Diaspora and the detours of identity”, in Kathryn Woodward (ed.)
Identity and Difference. London, Sage Publications, 1997, 229-343.
__, “Living Memory: An Interview with Toni Morrison”, in Paul Gilroy,
Small Acts. London, Serpent’s Tail, 1993, 175-182.
Glissant, Edouard, Traité du Tout-Monde. Paris, NRF, Gallimard, 1997.
—, Introduction à une poétique du divers. Paris, Gallimard, 1996.
Said, Edward W., Culture and Imperialism. London, Vintage Books, 1994.
Sédar Senghor, Léopold, Liberté, tome 1. Négritude et humanisme.
Paris, Seuil, 1964.